Parmi les mineurs non accompagnés qui arrivent en France, les Guinéens sont les plus nombreux. La Guinée-Conakry ne compte pourtant que 12 millions d’habitants et présente une stabilité politique apparente, à l’écart des guerres qui ont ensanglanté dans le passé récent le Mali ou la Côte d’Ivoire.

La jeunesse qui s’enfuit raconte pourtant autre chose : persécutions politiques, violences domestiques, abandon social, chômage...Et si leur exil était le symptôme le plus criant d’un profond malaise social et politique ? Pour le savoir, RFI est allé chercher la parole des adolescents eux-mêmes et des personnes qui, en France, les accueillent ou les côtoient.Mineurs guinéens, les raisons du départ, un reportage d’Olivier Favier.