Il y a deux ans, au terme d’une longue bataille contre des islamistes qui avaient prêté allégeance au groupe État Islamique, l’armée des Philippines libérait Marawi, la plus grande ville musulmane de l’archipel à majorité catholique. Les groupes jihadistes avait choisi cette ville pour y implanter leur futur califat en Asie.

Ce conflit inédit aux Philippines, avait fait près de 1 000 morts et plus de 350 000 déplacés. Aujourd’hui, une grande partie de la ville est en ruines et près de 70 000 personnes vivent toujours dans des abris de fortune. La reconstruction s’éternise et des dizaines de milliers de déplacés vivent dans l’attente, entre colère et crainte d’une résurgence de l’EI.