Le Venezuela vit la pire crise migratoire de son histoire. Selon l’OIM, l’Organisation internationale des migrations, au moins 4,6 millions de Vénézuéliens ont quitté leur pays depuis 2015. Ils fuient la crise économique et une inflation stratosphérique estimée par le FMI à 200 000 % en 2019. Et comme il ne s’agit pas d’un pays en guerre, la plupart de ces migrants laissent leur famille au Venezuela et tentent de leur envoyer de l’argent. Cela crée toute une génération d’enfants et de personnes âgées qui sont « laissés derrière », avec le sentiment d’être abandonnés dans leur propre pays.

Au Venezuela, les oubliés de la migration, un grand reportage de Benjamin Delille.