En 2017, la présidence estonienne du Conseil n’est pas parvenue à faire adopter un cadre commun sur la gestion des sols arables en Europe. La plupart des pays membres ayant préféré garder leurs stratégies nationales. Ils devraient pourtant regarder du côté de leur petit voisin du nord-est de l'Europe. Sortie de l'ère collectiviste en 1991, l'Estonie avec son million 300 000 habitants a dû s'adapter à l'économie du marché. Paradoxalement, cette période difficile a permis aux sols de se reposer après l'agriculture intensive du passé.

Avec le soutien de la Direction générale de l'Agriculture et du Développement rural de la Commission européenne. Cette publication n'engage que son auteur et la Commission n'est pas responsable de l'usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

DIAPORAMA