« Source de Paix », c’est la nouvelle guerre d’Erdogan lancée, le 9 octobre 2019, dans le nord de la Syrie. L’objectif du président turc : chasser les miliciens kurdes de sa frontière sud, et y créer «  une zone de sécurité » pour reloger une partie des 3 600 000 Syriens réfugiés sur son sol.

Quelques jours avant l’opération, Nicolas Feldmann était à Gaziantep. La grande ville industrielle du sud de la Turquie héberge 500 000 Syriens, soit 20% de la population. Ces dernières années, ces déplacés, venus en majorité d’Alep, ont construit une nouvelle vie, participé à l’économie locale, mais sur fond de difficultés économiques en Turquie et de tensions politiques, certains s’inquiètent pour leur avenir.

« Cette production a reçu le soutien du Migration Media Award financé par l’UE. Les informations et opinions exprimées dans cette production sont celles de l’auteur(s) et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Union européenne. Ni les institutions et organismes de l’Union européenne, ni les personnes agissant en son nom ne peuvent être tenues pour responsables de l’utilisation qui serait faite des informations présentées. »