12 morts et 35 000 étudiants qui fuient, les universités publiques éthiopiennes sont sous haute tension depuis plusieurs mois. À l'approche des élections régionales et législatives d'août 2020, la situation pourrait encore se tendre.

Car c'est, en premier lieu, la compétition politique qui pénètre les campus d’Éthiopie. 22 sur 45 ont été fermés, pendant un temps, selon le ministère de l'Enseignement supérieur. Pour faire face à cette situation, des mesures répressives ont été prises. Plusieurs centaines de personnes, étudiants, enseignants, personnels administratifs, ont été suspendues. D'autres initiatives sont aussi mises en place pour travailler le phénomène à la racine et tenter de l'endiguer.