Notre Grand reportage nous emmène aujourd’hui en Haïti. Le pays est plongé dans une grave crise politique. Depuis plus d’un an, l’opposition réclame la démission du président, accusé par la Cour supérieure des comptes d’être personnellement impliqué dans des affaires de corruption.

Jovenel Moïse, lui, affirme vouloir terminer son mandat. Entre septembre et décembre 2019, ce bras-de-fer politique a débouché sur un mouvement de contestation sans précédent : « pays lock », pays « bloqué » en créole. Pour accroître la pression sur le chef de l’État, l’opposition a appelé la population à rester chez elle. La plupart des écoles sont restées fermées. Pendant trois mois, barricades et violences ont empêché la libre circulation des personnes et des biens à travers l’ensemble du pays, coupant ainsi les provinces de la capitale.

Une nouvelle forme de protestation pour les Haïtiens désabusés de leur classe politique corrompue, mais qui a eu de graves conséquences sur de nombreux secteurs de la société haïtienne déjà aux abois.

À la faveur d’une accalmie, nos envoyés spéciaux ont pu quitter Port-au-Prince en direction des provinces du Nord.

« Haïti : après l’opération pays lock, voyage à travers des provinces en crise », c’est un Grand reportage de Stefanie Schüler, Bertrand Haeckler et Marc Kingtoph Casimir.