Le petit pays est le premier d’Afrique de l’Ouest à avoir abandonné l’excision, il y a 6 ans (2013), avec moins de 1% de cas en 2017. Le résultat d’une lutte de 14 ans jusqu’aux zones les plus reculées. Comment les anciennes praticiennes ont-elles été convaincues d’arrêter ? Comment les jeunes femmes vivent-elles avec leur excision, et comment en parle-t-on à l’école ?