En Corse, les nationalistes ont officiellement pris, le 2 janvier 2018, les rênes de la nouvelle collectivité unique de l'île, une sorte de « super région » née de la fusion de l'ancienne collectivité territoriale et des deux départements. Eux qui avaient déjà remporté les régionales de 2015, ont encore accru leur domination en Corse : ils ont remporté la majorité absolue. Ils ont désormais le champ libre pour faire avancer leurs revendications. Dans l'immédiat, ils souhaitent l'amnistie des prisonniers corses, la création d'un statut de résident pour limiter l'accès à la propriété et enfin, la co-officialité du corse. A plus long terme, les nationalistes veulent obtenir un véritable statut d'autonomie pour l'île de Beauté.
Des revendications qui, pour certaines, dépassent les clivages partisans sur l'île. Mais à Paris, le gouvernement n'est pas très réceptif.
Quel avenir pour la Corse ?
C'est un Grand Reportage de Marine de La Moissonnière qui s'est rendue à la cérémonie d'investiture de la nouvelle collectivité, à Ajaccio.