Au Burkina Faso, il y a quelques jours, des affrontements entre populations et milices ont fait au moins cinq morts dans la région Goundi, au centre du pays. Ces milices rurales ou urbaines appelées Koglweogo font parler d’elles depuis la révolution et la chute de Blaise Compaoré, en 2015, en bien pour le travail de sécurisation ou en mal par leur débordement.
Il y a trois mois, notre correspondant Frédéric Garat s’est rendu au Burkina.