La Grèce serait-elle bientôt sortie de la crise ? Depuis quelques semaines, les félicitations des partenaires européens du pays se succèdent, alors que le pays a réussi à garder un budget particulièrement strict en 2016. L’État grec s’était engagé à dépenser beaucoup moins que ce qu’il gagne, c’est-à-dire avoir un surplus primaire de 3,5% du Produit intérieur brut. Alors qu’’il a réussi à attendre 3,9%, il a donc largement dépassé cet objectif. Est-ce réellement un succès ? Pour les créanciers qui veulent que le gouvernement fasse des économies pour rembourser l’énorme dette du pays, c’est une bonne nouvelle ; mais pour les Grecs, le coût social est considérable. Alors qu’un nouveau train d’austérité a été voté la semaine dernière, le pessimisme est de rigueur. Quatre portraits permettent de mieux comprendre le « Prix de l’austérité ».