Il y a 50 ans, était proclamée l’indépendance du Biafra. Cette éphémère République, dans l’est du Nigeria, allait connaître la guerre et la famine, une catastrophe humanitaire qui allait coûter la vie à des centaines de milliers de personnes. Mais, en mai 1967, la sécession portait l’espoir pour beaucoup d’Ibo qui obtenaient ainsi leur propre « foyer national ». A Lagos, qui était alors la capitale nigériane, le «gouvernement fédéral militaire» ne l’entendait pas de la même oreille, bien sûr. Pour mater la région rebelle, le Nigeria fera appel à la Grande-Bretagne, l’ex-puissance coloniale. Le Biafra, lui, demandera l’aide de la France. Michel Arseneault a parcouru des archives françaises, et obtenu la déclassification de quelques documents qui font comprendre l’ampleur, mais également les limites, du soutien français.
(Rediffusion du 10 mai 2017).