On compare souvent les quelque 6 millions de Québécois francophones à d’irréductibles Gaulois, au milieu d’un océan peuplé de centaines de millions d’anglophones. Confronté à une baisse de ses naissances, depuis plusieurs générations, le Québec peine à maintenir son poids démographique au sein d’un Canada de plus en plus multiculturel. Beaucoup misent sur l’arrivée, chaque année, d’environ 50 000 nouveaux venus pour permettre à la langue française de garder sa vigueur. Encore faut-il que les dizaines de milliers d’immigrés non francophones, surtout installés à Montréal, optent pour cette langue. Un choix pas toujours facile.