Pendant presque deux ans, les manifestations contre le parti populiste Droit et Justice au pouvoir étaient le plus souvent organisées par le Comité de Défense de la Démocratie, le KOD, soutenu essentiellement par la génération Solidarnosc. Ainsi, la moyenne d’âge des protestataires oscillait autour de 60 ans. On y voyait peu de jeunes. La situation a brusquement changé depuis la tentative du pouvoir de soumettre les nominations de juges et les jugements qu’ils prononcent au contrôle politique strict. Pour la jeune génération, c’est la goutte qui a fait déborder la vase. Non seulement, les jeunes se sont joints massivement aux manifestations antigouvernementales, mais ils cherchent leur propre place parmi les forces qui combattent le pouvoir en place, en refusant de se laisser guider par le KOD ou par les partis politiques.