Le 4ème tremblement de terre le plus puissant de l’année 2016 a frappé la côte équatorienne peu avant 19h00. C’était le 16 avril 2016, il y a 15 mois… Dans les villes de Manta, Pédernales et Portoviejo, entre autres, des quartiers entiers ont disparu, la faute au tremblement de terre bien sûr mais aussi à des normes de construction peu adaptées et peu respectées. Après une vague de solidarité énorme, tant équatorienne qu’internationale, le gouvernement a lancé la reconstruction, alors même que la situation économique du pays était complexe, suite notamment à la chute du prix du pétrole, le principal produit d’exportation de l’Equateur.
Evaluée à plus de trois milliards d’euros, cette reconstruction a commencé par les routes. La rentrée des classes a eu du retard, mais elle a eu lieu sous des tentes, s’il le fallait. La reconstruction des collèges et des hôpitaux est en cours à des rythmes différents, selon les villes. Des sans-abris ont été relogés, mais d’autres se plaignent de ne pas avoir recu d’aide.
De Manta à Pédernales, en passant par Bahia, Jama et Canoa, notre correspondant Eric Samson a suivi ces Equatoriens qui, tant bien que mal, essaient de reprendre le cours de leur vie…