Le trafic de drogue a atteint un tel niveau à Maurice que « chaque famille mauricienne est directement ou indirectement vulnérable ».
C’est la conclusion d’une commission qui a enquêté dans les milieux du trafic pendant deux ans. Le juge qui a dirigé cette commission d’enquête, la deuxième dans l’histoire de Maurice sur la drogue, réclame des investigations sur 11 avocats, 8 policiers et 18 gardiens de prison.
Lui et ses collaborateurs ont mis à nu les failles du système de surveillance et de répression, révélé les modes de corruption, et appelé à une série de décisions.