C'est l'une des plus graves crises humanitaires que connaît le monde, en ce moment. Depuis août 2017, plus de 620 000 Rohingyas ont fui la Birmanie et essaient de survivre dans le Bangladesh voisin. Cette minorité musulmane, apatride et persécutée depuis des décennies, est aujourd'hui la cible d'une répression inédite de la part de l'armée birmane, qui a incendié leurs villages, tué les hommes et violé les femmes. Après des jours de marche dans la jungle, les rescapés sont arrivés au sud du Bangladesh, où ils luttent au quotidien dans des camps surbondés : un grand nombre d'enfants est sévèrement malnourri, les femmes violées essaient de se reconstruire, et pendant ce temps, les autorités des deux pays peinent à trouver une solution pour un rapatriement.