L'image a fait le tour du monde. Le 1er mai 2017, lors d'une manifestation à Paris, le journaliste syrien Zakaria Abdelkafi photographie un CRS français en flammes après un jet de cocktail molotov.
C'est désormais devenu une habitude dans les manifestations en France. Pendant le défilé, ou à la fin, des affrontements éclatent entre forces de l'ordre et une frange de manifestants.
Ces manifestants, ils se font appeler Les Ingouvernables. Leur lutte : faire tomber le capitalisme et réinventer une société. Plus radicaux que le mouvement Nuit Debout, les collectifs Ingouvernables ne font pas que manifester, ils expérimentent de nouvelles façons de vivre en communauté.
A Nantes, dans l'ouest du pays, un noyau dur de cette contestation du système s'est implanté. La proximité de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes où vivent des centaines d'opposants au projet d'aéroport a joué un rôle important. L'histoire politique de Nantes également.
Nous avons rencontré ces Ingouvernables pour tenter de comprendre leur combat. La plupart témoignent anonymement, leurs prénoms ont été modifiés.