Des files d’attente interminables devant les supermarchés et les distributeurs de billets, des rayons de pharmacies à moitié vides: trouver des biens de première nécessité est devenu une course d'obstacles au Venezuela. Le pays est confronté à la pire inflation au monde. Très dépendant de ses exportations de pétrole - il détient les plus grandes réserves mondiales -, son économie décline depuis l’effondrement des cours du brut. Et la grave crise politique que traverse le Venezuela n’arrange en rien la situation. L’opposition accuse le président Nicolas Maduro de mauvaise gestion. Le gouvernement, lui, parle de « guerre économique ». Il pointe du doigt les grandes puissances, notamment les Etats-Unis, qui provoqueraient artificiellement pénuries et spéculation. A l’occasion des élections régionales qui se sont tenues le 15 octobre 2017, notre envoyée spéciale Marie Normand a tenté de comprendre cette crise économique dans laquelle le Venezuela est englué. Elle s’est notamment rendue à Maracaibo, dans l’Etat de Zulia, à la frontière colombienne. Un Etat stratégique, riche en minerais et en pétrole : il concentre 40% de la production du pays.