Entre 2006 et 2013, 64 000 Africains sont entrés illégalement en Israël. Essentiellement des Erythréens et Soudanais, arrivés par l’Egypte. Depuis, le gouvernement israélien a fait construire une barrière le long de la frontière. Les arrivées se sont interrompues. Et plus de 20 000 migrants africains ont quitté volontairement le pays. Mais selon le ministère israélien de l’Intérieur, près de 40 000 personnes sont toujours présentes en Israël et le gouvernement veut les expulser. En décembre dernier, il a présenté un plan prévoyant un départ vers « un pays tiers » ou un emprisonnement pour une durée indéterminée.
Depuis quatre mois, ce plan d’expulsion massif a été combattu par les organisations de défense des droits de l’Homme et une partie de la société civile, estimant que ces migrants sont des demandeurs d’asile. Après des mois de bataille, l’exécutif a finalement reconnu ce mardi qu’il n’a pas d’accord avec des pays tiers. Mais il réitère son intention de faire quitter le pays à ceux qu’il appelle des « infiltrés ». Et ces près de 40 000 Africains vivent toujours dans une situation précaire.
« Israël : le difficile parcours des demandeurs d’asile africains ». C’est notre Grand reportage du jour. Il est signé Guilhem Delteil. Réalisation Pierre Chaffanjon.