En Ethiopie, voilà presque 1 an qu’un nouveau Premier ministre, est au pouvoir. Depuis le 6 avril 2018, Abiy Ahmed qui, pour la première fois, est issu de l’ethnie majoritaire Oromo, a multiplié les initiatives : levée de l’état d’urgence, libération de milliers de prisonniers politiques, mais aussi, 3 mois après son arrivée au pouvoir, a mis fin à deux décennies de conflit avec son voisin l’Erythrée. Ainsi, le 11 septembre 2018, rouvrait deux postes-frontières, 20 ans après la fermeture complète des 1 000 km qui séparent les deux voisins.Une nouvelle donne qui suscite espoirs et inquiétudes dans la région. Espoir pour des milliers d’Erythréens qui peuvent désormais franchir la frontière sans crainte de se faire tirer dessus, mais inquiétude également…  Cette paix est-elle durable ? Quel avenir pour certaines localités frontalières comme Badme revendiquée par les deux pays ?