L'un des pays les plus lourdement impactés par la présence de centaines de milliers de mines antipersonnel interdites par le traité d'Ottawa, signé par 162 Etats.
Au Cambodge, des activistes se sont mobilisés dans cette lutte, dès les début des années 90, et cela a porté ses fruits. La preuve: en 1996, 4200 Cambodgiens ont perdu la vie ou, plus souvent encore, ont été mutilés par ces engins explosifs.
Pour la première fois, en 2016, le nombre de victime est passé sous la barre des 100. Des progrès donc, mais le travail est loin d’être terminé pour les démineurs.
Ils ont pour objectif de nettoyer le territoire cambodgien, d’ici 2025. Sauf qu’entre les subventions internationales en baisse et la prise en charge progressive des opérations par le pays en voie de développement, la tâche s’annonce plus difficile que prévu...