A la veille de l’élection présidentielle, les Brésiliens sont confrontés à une violence quotidienne et une précarité grandissante. Balles perdues, répression policière, loyers hors de prix, mal-logement... les problèmes s’accumulent, et la campagne électorale n’apporte pas de solution. La crise économique s’est installée sur la durée, provoquant une crise sociale de grande ampleur – dont l’extrême droite sort renforcée. Les Brésiliens sont partagés entre mécontentement, colère et désespoir.