Direction la Bolivie où, il y a encore 10 ans, on estime qu’il y avait plus de 500 ONG dans tout le pays - depuis de tout petits projets de développement aux budgets restreints, aux coopérations européennes qui gèrent des millions d’euros. Aujourd’hui, il y aurait à peine 150 organisations qui travaillent sur le territoire. Pourquoi une telle baisse de la coopération internationale dans le pays andin, l’un des plus pauvres du continent ? Une économie du développement qui se transforme, mais pas seulement. Aujourd’hui, les ONG ne sont plus les bienvenues. Carlos Toranzo est économiste. Pour lui, pas de doute, la Bolivie reste un pays pauvre.