La Chine, pays aux quelque 20 millions de musulmans (sur une population qui compte au total près de 1,4 milliards d’habitants), se dit visée par le terrorisme international. Ses ressortissants ont été la cible d’attentats à l’étranger, et le pays lui-même est confronté à des troubles meurtriers dans sa région autonome du Xinjiang. Prière, ramadan, voiles ou barbes... Pékin surveille de très près toute activité religieuse, très nerveux de voir des idées salafistes déborder sur son territoire. Mais alors que dans l’Ouest du pays, chez les Ouïghours du Xinjiang, la répression est féroce, la mainmise sur l’autre grande communauté musulmane, celle de la minorité Hui, est beaucoup plus subtile. La propagande d’Etat y est omniprésente, mais tant que les Huis suivent la direction du parti unique, ils peuvent pratiquer leur foi, voire même devenir, avec l’aide de Pékin, le fer de lance de la conquête chinoise de l’énorme marché mondial du Halal.
Un Grand Reportage d’Heike Schmidt dans le Ningxia, aux confins du désert de Gobi, où se tient cette semaine (du 6 au 9 septembre) un grand Salon du commerce sino-arabe.