La vie politique sud-africaine a toujours été marquée par la violence. Mais, le nombre d’assassinats visant des hommes politiques a explosé depuis les élections locales de 2016, qui ont acté un recul historique du Congrès National Africain dans les urnes.
Depuis le début de l’année 2016, 90 politiciens ont été assassinés en Afrique du Sud. Les victimes étaient toutes des membres du parti au pouvoir, des élus locaux, la plupart originaires de la province côtière du KwaZulu Natal.
De fait, cette région à l’histoire mouvementée - la deuxième plus peuplée du pays - comptait pour près de 90 % des meurtres politiques en 2013.
Liza Fabbian s’est rendue sur place pour mieux comprendre les origines de la violence qui ébranle le parti de Nelson Mandela.