Alors que la situation ne cesse de se détériorer en Afghanistan, la situation d’anciens interprètes de l’armée française s’est aggravée. Ils vivent sous la menace des talibans, forcés de déménager, de se dissimuler sous des foulards lors de leurs déplacements. Leurs demandes de visa ont été rejetées par la France. Aucun motif n’a été donné. 100 dossiers ont été validés, 152 rejetés. A Kaboul, d’anciens interprètes ont accepté d’ouvrir leur porte pour confier leur désarroi et alerter une nouvelle fois sur leur situation.